0.5x0.6x0.7x0.8x0.9x1x1.1x1.2x1.3x1.4x1.5x1.6x1.7x1.8x1.9x2x2.1x2.2x2.3x2.4x2.5x
00:00
-05:00
1x
Embed
<iframe width="700" height="480" src="https://player.timelinenotation.com/frenchenroute/22619/embed" frameborder="0"></iframe>
00:00
Start
00:22
::
Jean: Je m’appelle Jean et je vais vous raconter un petit souvenir de mon enfance ou plutôt un souvenir de mon insolence !
00:32
::
C’était l’été 1951 à Tunis, pendant les vacances scolaires, et j’avais neuf ans. Ma famille vivait dans la petite école franco-arabe où ma mère était institutrice.
00:40
::
Jean Plaisant 
Alt:

00:42
::
Jean Plaisant 
Alt:

00:47
::
Moi, je n’aimais pas du tout l’école, je n’étais pas un garçon très sage et je faisais beaucoup de bêtises. Mais là, c’était les vacances, j’étais libre, la vie était belle.
01:04
::
Mon père avait ses habitudes dans le quartier. L’après-midi, il allait chez le Djerbien en face de l’école pour parler avec lui et parfois il ramenait des dattes, des loukoums et une tablette de chocolat.
01:15
::
Pixabay
Alt:

01:19
::
Alors je l’attendais avec impatience devant le magasin.
01:25
::
Un après-midi, j’attendais mon père et ma tablette de chocolat comme d’habitude quand un livreur est arrivé. Il était très grand, musclé et fier.
01:40
::
Il avait une énorme moustache à la Staline. J’étais impressionné par ses muscles mais sa moustache était ridicule.
01:50
::
Je ne pouvais pas m’empêcher de regarder et de sourire.
01:56
::
Le livreur m’a vu. Pour lui, mon sourire était une provocation. Alors il m’a dit: « qu’est-ce que tu regardes, toi ? » Et là, je ne sais pas pourquoi, j’ai eu peur et j’ai répondu : « Moustachu du cul ! »
02:13
::
Le géant m’a regardé avec des grands yeux, surpris. Et j’ai répété : « Moustachu du cul ! »
Il est devenu rouge et il a couru vers moi pour me punir.
02:25
::
J'ai couru aussi vite que possible et j’ai pensé : « s’il m’attrape, je suis mort ! »
02:32
::
J’ai couru, très loin, très vite, mais il était toujours là, derrière moi. J’ai essayé de courir plus vite mais impossible : il était trop rapide.
02:46
::
Alors, j’ai poussé une porte au hasard, je suis entré dans une maison, j’ai monté les escaliers pour aller sur le toit terrasse. Je suis resté caché sur le toit.
02:47
::
Alt:

03:00
::
J’ai attendu longtemps … Mais le soleil tapait, j’avais extrêmement chaud alors je suis sorti pour retourner chez le Djerbien. Grave erreur !
03:04
::
Pixabay 
Alt:

03:15
::
Le livreur m’attendait encore !
03:19
::
Le livreur s’est approché de moi. J’ai regardé autour et j’ai pensé : « cette fois, c’est foutu ». Il était vraiment immense !
03:30
::
Alors, j’ai eu un instinct de survie : j’ai escaladé la grille de l’école comme un petit singe et hop ! j’ai sauté de l’autre côté.
03:41
::
Le livreur était trop lourd et trop grand pour escalader la grille. J’étais protégé par l’école. Pour moi qui détestais l’école, c’était un peu ironique.
03:55
::
D’accord, j’étais sauvé mais je n’avais pas ma tablette de chocolat et j’étais bloqué … Mais bon, c’était de ma faute !
04:07
::
Alors j’ai fait une croix sur mon chocolat et je suis rentré à la maison. Soudain, j’ai entendu un vendeur crier: « Cacahuètes, glibettes ! Cacahuètes, glibettes ! »
04:19
::
Pixabay
Alt:

04:25
::
Des glibettes ? Génial ! Et j’ai couru acheter des glibettes pour moi et mes frères. Finalement, les glibettes, c’était mieux que le chocolat !
04:36
::
Depuis l’indépendance de la Tunisie, je ne suis jamais retourné à Tunis. Car j’ai fait ma vie en France … Mais j’ai souvent raconté à mes enfants cette histoire du livreur moustachu !
End

Listen to Jean’s funny story about a bit of childhood mischief in Tunis, in French.
What do you think of French en route? Let us know how we could improve! Follow this link that will guide you to our special survey: https://bit.ly/3iAH2j  Merci !

You can also write us at podcasting@babbel.com to let us know what you think.